Voyager (1) ... Paul Theroux, le périple, non l'atterrissage

Publié le par Jacques de Jonquière (Québec) à 10:30

Jonquière-Québec


Paul Theroux

Medford-Massachussets, 1941 - 

 

 
Pour une critique de plusieurs de ses récits de voyage...

 


Le voyage : une équipée solitaire le long d'une étroite ligne géographique qui se termine dans l'oubli.


 

Le meilleur des voyage est une entreprise solitaire : pour voir, examiner, évaluer, il faut être seul et sans entraves. Les autres peuvent vous égarer (...) Les perceptions nécessaires à l'écriture ne se laissent pas aisément manier quand on a à coté de soi quelqu'un qui pense à haute voix.

 

* * * * *


Le récit de voyage, c'est ce qu'il y a de plus simple comme genre de récit, et qui justifie que l'on prenne ses affaires et que l'on s'en aille. Le mouvement est mis en ordre par les mots qui le reproduisent. S'en aller est peut-être banal, mais il en est peu qui reviennent sans avoir rien à dire.

 

* * * * *


Ce qui m'intéresse, c'est le réveil matinal, le passage du familier au légèrement bizarre, au plutôt curieux, au totalement étranger et, en fin de compte, à l'exotique. C'est le voyage qui compte, non l'arrivée ; le périple, non l'atterrissage.»

 

* * * * *

 


Ici, en Occident, d'aucuns disent que les touristes ne sont guère différents des singes. Mais, sur le rocher de Gibraltar, l'une des deux Colonnes d'Hercule, j'ai vu et des touristes et des singes, et j'ai appris à les distinguer.

 

* * * * *


" En swahili, " safari " veut dire voyage, ça n'a rien à voir avec les animaux, quelqu'un " en safari " est seulement au loin, injoignable, hors de portée.

Hors de portée, c'était exactement ce que je voulais être, en Afrique. Le désir de disparaître met beaucoup de voyageurs en route. Si vous en avez plus qu'assez d'attendre à la maison ou au travail, le voyage est parfait : que les autres attendent, pour changer ! Le voyage est une sorte de revanche sur toutes les fois où on vous a mis en attente au bout du fil, où vous avez laissé un message sur un répondeur, où vous n'avez pas su le numéro de celui qui aurait dû vous joindre, bref sur cette longue vie d'attente qui est le lot de l'écrivain qui travaille chez lui. Pourtant, l'attente est la marque de la condition humaine."

 

SAFARI NOIR
Du Caire au Cap à travers les terres


 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article