Mandawa (1) ... Une première longue journée de route

Publié le par Jacques B de Bikaner (Rajasthan) le 25/01/2017 à 05:05

Mise à jour en octobre 2017

 

Mandawa, Rajasthan du nord-ouest

19 - 21 janvier 2017

Environ 20 800 habitants

Mandawa (1) ... Une  première longue journée de route
À Bissau, en attendant mon bus pour Mandawa...un premier choc !

 

 

 

LOGEMENT

Singhasan Haveli Mandawa : 1500 INR ...Chambre double, air climatisé, petit déjeuner, wifi, balcon.

 

J'avais réservé le Singhasan Haveli Mandawa mais, je ne sais pourquoi, c'est à l'Hotel Royal Rest qu'on m'a logé. 

Ce fut le plus bel haveli que j'ai vu à Mandawa et à Fatehpur, un hôtel digne d'un maharajah ! Et j'y suis demeuré 2 nuits. Un seul  problème : mon wifi ne fonctionnait pas.

 

Hotel Mandawa Palace : 500 INR ... Chambre double, fan, salle de bain privée, wifi.

 

 

C'est à 5 heures du matin, avec les chants-prières musulmans, puis hindous, qu'a commencé ma très longue journée vers Mandawa, une première journée riche en péripéties qui a su jouer avec mes diverses cordes sensibles. 
 

 

Sur la route...

En train et en bus de Delhi à Mandawa

 

 

  • Ma découverte de la gare ferroviaire de Delhi


 

Mon départ en train étant prévu pour 8h40, j'ai donc quitté l'hôtel en auto-rickshaw (tuk-tuk) vers 7h00, un trajet de 30 minutes environ. Cela m'a permis de me familiariser avec la gare ferroviaire.

 

L'entrée de la gare ferroviaire

i-delhi-Churo-train (1)

 

L'intérieur de la gare


i-delhi-Churo-train (2) i-delhi-Churo-train (3) i-delhi-Churo-train (4)

 

Sur les quais

i-delhi-Churo-train (5) i-delhi-Churo-train (6) i-delhi-Churo-train (7) i-delhi-Churo-train (8)

 

 

  • En train-couchette de Delhi à Churu 

 

 

À 30 minutes du départ, je me rends sur la voie 3 où m'attend mon train. J'avais réservé une couchette du bas en troisième classe (donc un compartiment ouvert avec 3 couchettes superposées).

 

L'intérieur de mon wagon-lit

i-delhi-Churo-train (9)

 

 

J'ai la couchette qui donnne sur la fenêtre, mais la vitre est tellement sale qu'il me sera impossible de prendre quelques photos que ce soit. J'en ai tout de même récupéré quelques-unes pour vous donner une idée du paysage qu'on traverse entre Delhi et Churu, un paysage pas très extraordinaire : une première partie avec des cultures, plus vertes, et la dernière, des paysages plus arides, donc dans le doré...Ça paraît qu'on se rapproche du désert qui se trouve plus à l'ouest près de la frontière avec le Pakistan.

 

i-delhi-Churo-train (10) i-delhi-Churo-train (11) i-delhi-Churo-train (12)
 

 

À 8h40, comme prévu, le train part, mais un trajet qui devait durer cinq (5) heures en prendra six (6). On arrive donc à Churu à 14h20.

 

i-delhi-Churo-train (13)

 

 

  • En bus local de Churu à Bissau

 

 

Aussitôt  débarqué  du train, il me faut trouver un bus pour Mandawa. À  la sortie de la gare, pas de bus, seulement des tuktuks. Je tente de m'informer, mais personne ne parle anglais. Alors je sors le seul mot hindi que je connaisse : MANDAWA... et heureusement ça se prononce comme c'est écrit.

 

Un vieux monsieur me fait alors signe de le suivre et m'amène à  un tuktuk, qui, pour 10 roupies me conduira à un arrêt  de bus  Le terminal de bus de Churu ? je ne saurais le dire. Et là,  je resors mon mot hindi, et devant le nombre de personnes qui tentent de m'expliquer quelque chose, je finis par comprendre que le trajet se fera en deux temps : Churu-Bissau et Bissau-Mandawa. Et on m'indique le bus qui part pour Bissau. J'y trouve une place de libre à l'avant. 

 

Et quelques minutes plus tard, on partait pour Bissau.

 

 

i-Churo-Bissau-bus (1)

 

Paysages désertiques comme ceux que j'ai  vus
tout au long de mon voyage en train

i-Churo-Bissau-bus (2) i-Churo-Bissau-bus (3)

 

Et certains monuments

i-Churo-Bissau-bus (4)

 

  • En bus local de Bissau à Mandawa ... ça se complique !

 

 

Arrivé à Bissau, j'ai dû attendre deux heures avant de voir arriver le bus pour Mandawa, et le temps d'attente sans savoir exactemnt à quelle heure le bus passera me semble beaucoup plus long, surtout quand de nombreux bus dont les destinations sont indiquées en hindi arrêtent pour prendre des passagers.
 

Heureusement,  il y avait le vendeur de billets qui, lorsqu'un bus arrivait, me faisait signe que ce n'etait pas le bon bus.

 

En attendant, ça m'a permis d'observer les gens qui passaient dans le coin. 

 

 

i-Bissau-mandawa-bus (1) i-Bissau-mandawa-bus (2)

 

Vers 17h00, sur un signe du vendeur, je comprends que le bus plus spacieux que les autres qui se sont arrêtés auparavant est bien celui qui me conduira à Mandawa.

 

i-Bissau-mandawa-bus (3)

 

Je dois cependant demeurer debout, à l'avant car le bus est bondé. Mais je réussis à m'asseoir sur un gros sac (du riz ? je ne sais pas), mais c'est plus confortable que de demeurer debout. 


À peine une demi-heure après le départ, des places se liberent et je peux m'asseoir sur un banc. Mais, à peine assis, le bus s'arrête devant un puits et le vendeur de billet du bus sort avec un seau pour le remplir d'eau...le bus semble avoir un problème avec le radiateur. Le bus repart, mais à peine quelques kilomètres plus loin, le bus s'arrête de nouveau et, là, le conducteur sort...on y demeurera environ 30 minutes.

 

Je ne suis pas trop inquiet, car il y a, dans le bus, des femmes avec des enfants et d'autres personnes âgées...alors il y aura sûrement une solution si le problème mécanique persiste.

 

Finalement, le bus repart et l'on arrive à Mandawa vers 20h00, et la nuit est tombée.

 

 

En arrivant à Mandawa, l'aventure continue...

 

 

En débarquant, je ne vois pas de tuktuks, et je ne sais pas où est l'hôtel que j'ai réservé. Je montre ma réservation, mais personne ne parle anglais. Je ne sais plus trop quoi faire.

 

ArrIvent alors deux jeunes hommes qui parlent un peu l'anglais. Ils regardent le nom de mon hôtel, et me disent de les suivre. Ce que je fais, je n'ai pas le choix. Et on arrive enfin à l'hôtel qui n'était pas très loin.


Je remercie les deux jeunes qui s'offrent alors pour me servir de guides, le lendemain...mais je ne suis pas d'humeur à penser à demain ... j'ai juste hâte d'être dans ma chambre et relaxer. Je leur dis donc que je verrai pour le lendemain. Et l'on se quitte ainsi.

 

Quant au réceptionniste, il semble s'interroger en regardant ma réservation et il fait des téléphones sans rien me dire. Quelques minutes plus tard, arrive un homme qui me dit de le suivre avec mon sac à dos. Il a une moto et nous voilà partis pour je ne sais où... Et plus on avance plus il fait noir...

 

On arrive devant un immense édifice, comme un château des mille et une nuits avec des coupoles, et où l'on ne voit que les ombres, l'édifice n'étant illuminé d'aucune façon. Et cet édifice ne ressemble en aucun point aux photos que j'avais vues sur Booking.com.

 

J'ai encore plus de doutes et je suis de plus en plus nerveux et inquiet. Le conducteur de la moto me dit de descendre de la moto et m'explique qu'il gère les deux hôtels. Je décide donc de le suivre.

 

Le gérant de l'hôtel me demande si j'ai dîné...mais je n'ai pas faim ...je n'ai qu'un souhait... relaxer ...

 

Arrive alors un jeune préposé qui m'amène à ma chambre...

 

Et quelle chambre !

 

mandawa-hotel royal rest (5)
mandawa-hotel royal rest (1)

 

 

Moi qui voulais coucher dans un des havelis de Mandawa, eh bien, je suis servi. Les havelis sont de riches demeures dont les murs sont ornés de peintures aux motifs divers.

 

Je m'installe donc dans ma chambre royale, mais il m'est  impossible de me connecter au wifi ...

 

Et c'est en admirant ce superbe plafond que je sens revenir peu à peu en moi un calme bienvenu.

 

 

mandawa-hotel royal rest (38)

 

 

Il n'est alors que 20h30 mais après à peine 10 minutes... je m'endors exténué psychologiquement et physiquement.

 

À suivre...

 

Publié dans Rajasthan, CARNET INDE NORD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Toute une aventure en pays inconnu et dans une langue inconnue! Ouf tu m'épates de voyager seul! J'aurais eu vraiment la frousse mais il faut dire que tu as pas mal de milage dans le corps!!! Bonne suite...
Répondre
J
Salut Christiane<br /> <br /> C'est vrai que l'experience aide a demeurer zen devant des situations imprevues, mais il n'en demeure pas moins qu'il y a des papillons qui s'en donnent a coeur joie dans notre corps. mais tout cela est derriere moi, et je continue a prendre enormement de plaisir a decouvrir cette province de l'inde qu'est le Rajasthan, le pays des maharajahs.<br /> <br /> A la prochaine<br /> <br /> Jacques, a ma derniere journee a Bikaner.