Indonésie (4) ... Musique des peuples Bugis et Makassar (Sulawesi)

Publié le par Jacques de Jonquière (Québec) à 13:30

Jonquière, Québec



Sur la place de Pantai Losari, à Makassar,
un jeune avec sa guitare,
comme beaucoup d'autres sur ce lieu de rassemblement populaire
lorsque la nuit tombe...
comme quoi la musique fait partie intégrante de leur culture.



Après vous avoir donné un avant-goût de la musique et des danses du peuple Minahasa, voici l'univers musical des peuples Bugis et Makassar vivant au sud-ouest de l'île de Sulawesi.


2013-Sulawesi 2

 

 

"Appelée aussi Bougi, population numériquement la plus importante de la péninsule septentrionale de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, les Bougi sont environ 3 millions dans les années 1990.


Cette ethnie fut, avec les Makassar, parmi les premières populations Malaisie à se convertir au bouddhisme et à faire leurs les coutumes de l'Inde ; toutes deux empruntèrent en particulier une organisation nettement stratifiée - avec râjas, officiers de district, princes et chefs de village - et une forme d'écriture malaise, le Lontara. Les Bougi écrivaient sur des feuilles de palmier. Leur langue, Austronésienne, est de type Malayo-Polynésien. Culturellement très semblables, ces populations seraient, selon Raymond Kennedy, issues du stock ethnique Toradja. 


Partagées en plusieurs royaumes guerriers (à Goa prédominent les Makassar ; à Boni, les Bougi), elles constituaient de puissantes populations de marins qui, converties à l'islam au début du XVIIème siècle, tomberont bientôt sous le contrôle Hollandais. En 1667, le port de Makassar vient en effet aux mains de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales et les Bougi émigrent vers des régions non encore atteintes par les puissances occidentales ; en 1710, ils créent un État Bougi à Selangor et, en 1722, s'établissent à Riau. Dans les années 1770, Selangor et Riau attaquent les Hollandais de Malacca et le célèbre roi Bougi Râja Hadjdji dirige les attaques de sa flotte dans la péninsule Malaise. À la fin du XVIIIème siècle, Hollandais et Anglais contrôlent Riau, qu'ils occupent, et y établissent un sultan Malais. Bientôt le sultan Bougi Râja Ali détrône celui-ci, intervention qui fait naître, entre les Bougi et les Malais, des querelles qui ne cesseront qu'avec la fin de la suprématie Bougi,au XIXème siècle.


Répartis sur le pourtour du golfe de Bone et sur le territoire des Sadan Toradja - toutes terres irriguées et consacrées à la riziculture -, les Bougi, tout comme les Makassar, ont exercé une grande influence économique et politique. Longtemps commerçants et pirates, ils contrôlaient, en particulier par le royaume de Goa avec son port Makassar (aujourd'hui Udjungpandang) le trafic des épices dans les Moluques ; les Hollandais s'attachèrent à détruire cette position dominante en s'emparant des comptoirs. Ces mêmes Hollandais remplacèrent en outre le système clanique des Bougi par une organisation gouvernementale très hiérarchisée, et mirent les membres des familles royales à des postes de responsabilité ; cette situation s'est toutefois modifiée depuis l'indépendance de l'Indonésie (1950)".

Le peuple bugi




SULAWESI

Avec une superficie de 189 035 km2, elle se trouve être la quatrième plus grande île du pays mais ne représente que 7 % de la population.

Elle est située à environ 300 km à l'est de Bornéo (Kalimantan en indonésien), 200 km à l'ouest de l'archipel des Moluques et environ 600 km au sud des Philippines. Le relief est plutôt accidenté et principalement recouvert de forêt tropicale. Le point culminant de l'île est le mont Rante Kombola (3 455 m)...

Les principaux groupes ethniques de Célèbes sont les différents groupes Minahasa et les Gorontalo dans la partie nord, les Bugis (prononcer "bouguiss"), les Makassar et les Toraja (prononcer "toradja") dans la partie sud.

La population de l'île selon le recensement de 2000 serait d'un peu moins de 15 millions de personnes avec un taux de croissance moyen supérieur à la moyenne nationale.

Wikipedia




Chansons Bugis et Makassar

 

 

 

Danses Bugis et Makassar

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article