Phnom Penh (4) ... Un séjour moins troublant en 2020 qu'en 2007

Publié le par Jacques B de Jonquière (Québec) à 08:40

Mise à jour en mai 2020

Phnom Penh, Cambodge
06 - 09 février 2020
Environ 1 573 544 habitants

 

ca-phnom penh 2-monuments (37)
À l'arrière de la Pagode d'Argent du Temple Royal,
une maquette du Temple d'Angkor Wat

En 2007, je commençais ma découverte de Phnom Penh par l'histoire troublante du Cambodge de Pol Pot dans les années 70, un de mes coups de coeur cambodgiens qui fut aussi un immense COUP AU COEUR ! Ce qui m'avait amené à réfléchir sur notre condition d'être humain, un être tout autant capable de destruction que de création. 

 

Phnom Penh 2007  ... La bête dans l'homme !

 

En ce deuxième jour à Phnom Penh, c'est en déjeunant d'une bonne omelette légumes/fromage/jambon avec tomates grillées, et tout en regardant ma carte de la ville, que j'ai planifié  ce que serait ma journée.

Mes choix se sont fixés sur trois quartiers différents de la ville, mais assez éloignés les uns de autres. J'ai donc allié tuk-tuk et marches dans les secteurs visités.

 

Jour 2 à Phnom Penh ...
Tuk-tuk et marche

 

  • En tuk-tuk pour le quartier du Marché "Toul Tom Pong" ou le "Marché russe"


C'est dans le quartier du Marché Russe ou du Toul Tom Pong que je me suis d'abord rendu.

Ce marché, à la différence du Marché Central, n'a pas été restauré. On retrouve donc ici un marché tel qu'il était, un marché authentique, culturellement parlant. Même s'il est beaucoup moins imposant que le Marché Central, on y vient pour la grande variété de cadeaux qu'on peut y acheter. 
 

ca-phnom penh 1-marché russe (2) ca-phnom penh 1-marché russe (1) ca-phnom penh 1-marché russe (3) ca-phnom penh 1-marché russe (6) ca-phnom penh 1-marché russe (7) ca-phnom penh 1-marché russe (8) ca-phnom penh 1-marché russe (5) ca-phnom penh 1-marché russe (4)

De plus,  en déambulant dans le quartier, on peut rencontrer sur notre route plusieurs écoles, primaires et secondaires, de même qu'un temple  bouddhiste avec sa statue du bouddha. 
 

ca-phnom penh 1-marché russe (9) ca-phnom penh 1-marché russe (10) ca-phnom penh 1-marché russe (11) ca-phnom penh 1-marché russe (12)

Une école dans la cour du Temple
ca-phnom penh 1-marché russe (13)

En reprenant un tuk-tuk pour revenir au centre-villeca-phnom penh 1-marché russe (14)

  • Une marche dans le quartier des Monuments historiques 


​Puis un autre tuk-tuk m'amène dans un quartier de restaurants à la mode, la "Bassac Lane", plutôt désert à cette heure de la journée. On peut y trouver de la nourriture italienne, indienne et, bien sûr, cambodgienne. C'est une ruelle très achalandée en soirée.

De cette rue commerçante, j'ai marché vers un autre secteur de la ville reconnu pour ses nombreux et majestueux monuments historiques.

D'abord notre marché nous conduit à un immense carrefour au centre duquel se dresse le Monument  de l'Indépendance, construit en 1958 pour commémorer l'indépendance de la France en 1953. En face du monument, une large et longue bande gazonnée, le parc Hun Sen,  a été aménagée avec, au centre, le Mémorial Norodom Sihanouk, érigé en 2013 et reconnaissant les accomplissements du roi lors de la libération du pays le 9 novembre 1953.

Monument  de l'Indépendance
ca-phnom penh 2-monuments (15)

Mémorial Norodom Sihanouk
ca-phnom penh 2-monuments (16)

Parc Hunsen
ca-phnom penh 2-monuments (17) ca-phnom penh 2-monuments (18)


Puis, en continuant ma marche vers le Palais Royal et la Pagode d'argent (1866), je découvre un autre monument dédié celui-là à l'Amitié Cambodge-Vietnam érigé par le gouvernement communiste du Cambodge à la fin des années 70 pour commémorer la victoire des Vietnamiens contre le régime des Khmers rouges de Pol Pot.

Amitié Cambodge-Vietnam
ca-phnom penh 2-monuments (19)

N'étant pas satisfait des photos que j'avais prises en 2007 de ce site majeur de Phnom Penh, car probablement encore sous le choc de ma découverte de l'histoire des actes monstrueux des Khmers rouges, j'ai décidé d'y retourner cette année. Une deuxième visite que j'ai vraiment beaucoup appréciée, car j'ai mieux compris l'importance de ces œuvres du génie créatif de l'être humain. 

La veille, j'avais pu admirer les magnifiques éclairages de nuit de ce site fabuleux.
 

L'enceinte du Palais Royal
ca-phnom penh 2-monuments (20)

La Salle du Trône
ca-phnom penh 2-monuments (21) ca-phnom penh 2-monuments (22) ca-phnom penh 2-monuments (23)

Le Pavillon Phoochani (salle de danse), à gauche,
et le Palais Khémarin (résidence du Roi) à droite
ca-phnom penh 2-monuments (24) ca-phnom penh 2-monuments (25)

La Pagode d'argent et autour
ca-phnom penh 2-monuments (26)

Les murs intérieurs de l'enceinte du Palais Royalca-phnom penh 2-monuments (27) ca-phnom penh 2-monuments (28)

Monument dédié au roi Norodom Ica-phnom penh 2-monuments (29) ca-phnom penh 2-monuments (30)

Deux stupas dédiés à la mémoire des grands-parents
et de la petite fille de Norodom Sihanouk
ca-phnom penh 2-monuments (31)

À l'intérieur de la Pagode d'Argent
ca-phnom penh 2-monuments (33)
ca-phnom penh 2-monuments (34)
ca-phnom penh 2-monuments (32)

En faisant le tour de la Pagode d'Argent
ca-phnom penh 2-monuments (35) ca-phnom penh 2-monuments (36) ca-phnom penh 2-monuments (38) ca-phnom penh 2-monuments (39)

Une section du mur en restaurationca-phnom penh 2-monuments (39)a

Un groupe de musiciens aveugles à la sortie du Palais Royalca-phnom penh 2-monuments (40)

  • ​​​​Et un dernier beau moment avant d'aller dormir 


Après ces diverses visites, je suis revenu  à l'hôtel en tuk-tuk, histoire de relaxer un peu en prenant ma bière dans la salle commune et après m'être jeté sous la douche.

Puis c'est au Romdeng Restaurant que je suis allé manger, un de ces restaurants, faisant partie du CHILD SAFE MOVEMENT, qui aident les jeunes à sortir de la rue en leur permettant de travailler dans ces restaurants et ainsi, de sortir de la misère et de prendre leur vie en main. Il y en a un autre en ville, le Friends, et dans d'autres villes du Cambodge. C'est là un des aspects intéressants de la culture communautaire cambodgienne.

J'y ai mangé un délicieux plat cambodgien, un Fish Amok, cuit dans une feuille de bananier.

Jour 3 à Phnom Penh ...
Où le monde est à nouveau très petit 

 

Cette troisième journée à Phnom Penh, je l'ai consacrée à planifier la suite de mon voyage jusqu'à Siem Reap, en consultant mes articles de 2007 et d'autres sites internet pour voir les sites que j'avais alors manqués.

Mais cette journée fut surtout une nouvelle preuve de la petitesse de notre monde. Je vous raconte.

Il y a quelques années, dans l'avion qui m'amenait à Bangkok, j'apprends que ma voisine de siège  vient elle aussi du Québec, de Drummondville. Elle s'appelle Diane Bouvette.

Elle et cinq autres membres de sa famille, dont un cambodgien qui a épousé une de ses soeurs, se rendent à chaque année dans un village du Cambodge, où ils aident les gens du village à prendre en charge leur développement... éducation et santé, entre autres. Ils ont même parti une fondation où, chaque année, ils ramassent de l'argent au Québec pour aider ce village, en organisant un souper-spaghetti.

Avant de nous quitter, on se donne nos coordonnées et on devient ainsi amis-facebook. On continue donc à communiquer par internet.

Il y a une dizaine de jours, sur ma page Facebook d'actualités, je vois que la gang est à Battambang, une de mes prochaines destinations cambodgiennes après Phnom Penh. Aussitôt j'envoie un message à Diane avec mes coordonnées en souhaitant nous rencontrer si nos horaires coïncident.. Aussitôt le message envoyé, aussitôt message de retour. Nous serons à Phnom Penh les mêmes journées. C'est certain alors que nous nous rencontrerons pour aller manger ensemble. 

Et quand vient le moment de nous donner rendez-vous, on se rend compte que nous sommes logés dans deux hôtels différents mais situés à quelques mètres l'un de l'autre. Diane me suggère un resto pas très loin de nos hôtels respectifs, proposition que j'accepte aussitôt.

Et c'est ainsi que durant quelques heures la famille Bouvette et moi avons fait plus ample connaissance, eux me parlant de leur expérience cambodgienne et moi, de mes voyages. Tout cela, en prenant une bonne bière fraîche et en dégustant une soupe de riz  à la cambodgienne des plus consistantes, un Boba.

 

ca-phnom penh 3-finale (41)

De superbes  moments !
 

Jour 4 à Phnom Penh ...
Une finale le long de la rivière 

 

Pour ma dernière soirée à Phnom Penh, c'est sur la rive de la rivière Tonlé Sap que je me suis de nouveau rendu, vous vous en doutez bien.

Mais cette fois, pour m'y rendre,  j'ai emprunté un nouveau trajet de balade à pied à travers diverses ruelles et quartiers différents. En route, j'ai alors découvert de nouveaux temples bouddhistes moins connus que les plus célèbres, mais à l'architecture toute aussi impressionnante.

ca-phnom penh 3-finale (42) ca-phnom penh 3-finale (43) ca-phnom penh 3-finale (44) ca-phnom penh 3-finale (45)

Et je me suis aussi permis de m'asseoir à une terrasse où le verre de la bière pression Angkor n'était qu'à 0,50$ us, et j'y avais une vue sur une circulation assez étourdissante entre piétons et véhicules divers et aussi des édifices typiques du Cambodge de 5 à 6 étages, dont le rez-de-chaussée sert pour les commerces, surtout des bars et des restaurants. Le tout sur fond de musique occidentale.  Et en compagnie de bien d'autres touristes francophones.

ca-phnom penh 3-finale (46)

Puis j'ai poursuivi ma route vers la promenade le long de la rivière.

ca-phnom penh 3-finale (47) ca-phnom penh 3-finale (48) ca-phnom penh 3-finale (49)

Après quelques temps à observer les gens qui défilaient en ce dimanche soir, j'ai conclu mon circuit culinaire par mon plat de pâtes favori, un "Penne a la putanesca". Puis je suis rentré à mon hôtel en traversant un marché local qui se préparait à la fermeture.

ca-phnom penh 3-finale (50) ca-phnom penh 3-finale (51) ca-phnom penh 3-finale (52)


ET POUR CONCLURE CE MERVEILLEUX SÉJOUR...


En 2007, ma vision de Phnom Penh avait été teintée par la découverte des horreurs perpétrées par les Khmers rouges. Et à cette époque, il n'y avait pas eu encore de procès pour les auteurs de ce génocide.  Le procès, après finalement bien des tractations avec l'ONU, commencera en 2006 et se conclura finalement en 2018. 

"Près de quarante ans après l’invasion des troupes vietnamiennes entrées au Cambodge pour libérer le pays de l’horreur khmère rouge, fin décembre 1978, les deux derniers grands dirigeants encore en vie du régime ont été, vendredi 16 novembre, déclarés coupable de « génocide ».

Le régime de Pol Pot, chef suprême mort en avril 1998 sans avoir été jugé, sinon par ses pairs lors d’un simulacre de procès, était de longue date communément taxé de « génocidaire » par survivants et observateurs. Mais c’est la première fois que le tribunal chargé de juger les Khmers rouges à Phnom Penh a officiellement reconnu Nuon Chea, 92 ans, ex-numéro deux du régime, et Khieu Samphan, 87 ans, ancien chef d’Etat du « Kampuchéa démocratique », comme responsables de crimes qualifiés de « génocide »." (Le Monde)

Ce procès cependant n'a pas tout réglé, car il a tout de même laissé des cicatrices indélébiles pour les survivants.

Mais ce qui me frappe cette année, du moins en ce début de voyage, ce sont les sourires des jeunes et même des cambodgiens plus âgés quand ils nous offrent leurs services de transport en tuk-tuk par exemple.

Peut-être que le procès finalement a eu un effet bénéfique pour les plus jeunes générations ! En tout cas, je vais essayer d'y voir plus clair durant mes prochains 30 jours en terre cambodgienne.

Demain matin, je continue vers Battambang en m'arrêtant pour deux nuits dans le village de Kampong Chhnang établi sur la rive ouest du lac Tonlé Sap.

 

Publié dans CARNET CAMBODGE, Phnom Penh

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article