Bienvenue À Bord !

  • : Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • : VOYAGER POUR LE PLAISIR DE MIEUX CONNAÎTRE MA PLANÈTE ET MOI-MÊME ET, AINSI, MOURIR MOINS IGNORANT. À la retraite depuis juin 2005, j'en profite pour voyager et voir les pays qui me sont encore inconnus. J'ai commencé ma tournée de l'Asie en janvier 2007. Vous voulez dé-couvrir avec moi cette région du monde ? Alors bienvenue à bord ! Jacques Beaulieu de Saguenay (Jonquière).
  • Contact

Vos visites aujourd'hui

Vos Visites

DE JUIN 2006

AU 30 SEPTEMBRE 2017

 

4 117 jours

 

 

Nombre de vos visites 

591 000
 

ou. en moyenne,
143 visites/jour

 

Nombre de pages consultées 

1 332 000
 

ou, en moyenne,
323 pages/jour

 

Nombre de commentaires
dans le blogue

2 238  

 

Depuis janvier 2010,
nombre de courriels
et de messages Facebook 

5 170 

 

 

**********

 

 

CE MOIS-CI
 

Au 30 septembre 2017

 

Nombre de vos visites

3 922

 

Nombre de pages consultées

6 091

 

Votre provenance  

65 pays différents

 

Nombre d'abonnements 

166 d'entre vous
sont abonnés au blogue

et 132 à ma page Facebook  

 

 

**********

 

 

Nombre d'articles publiés 
  1 252


Voici les articles du blogue
les plus consultés...
 

 

 

Et l'article qui établit le record de consultation depuis sa publication, c'est

 

 

 

8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 07:17

Jonquière-Québec


Dans Le Devoir du 8 décembre, on pouvait lire la prise de position de syndicats québécois et canadiens demandant au gouvernement Harper de mettre en oeuvre la position canadienne concernant le Myanmar, position que ce parti avait endossée alors qu'il était dans l'opposition.

En voici le texte.



Pour la démocratie en Birmanie

Dimanche, pendant que plusieurs d'entre nous se rendront dans les magasins pour y acheter des cadeaux et se préparer pour les Fêtes, Su Su Nway, 34 ans, vivant en Birmanie, passera la Journée internationale des droits de la personne à faire des préparatifs bien particuliers.

Su-Su-Nway.jpgSon sac de voyage est rempli, elle est prête à partir n'importe quand. Elle emporte même l'uniforme qu'elle a dû porter lors de son récent séjour dans ce véritable enfer qu'est la prison d'Insein, à Rangoon. Elle a également mis dans ses bagages les médicaments dont elle a besoin en raison d'un problème cardiaque, en espérant que les responsables de la prison ne les confisqueront pas, comme ils l'ont fait la dernière fois. Su Su Nway ignore à quel moment les soldats viendront la chercher à la ferme appartenant à sa famille, mais elle sera prête lorsqu'ils arriveront.

Aucun mandat d'arrestation n'a été émis contre elle, et elle n'a été condamnée à aucune peine d'emprisonnement, mais de telles formalités juridiques ne sont pas nécessaires dans ce pays dont les dirigeants militaires s'arrogent le droit de décréter qu'une personne a trop parlé. Et s'il y a quelque chose dont Su Su Nway peut être certaine, c'est que le régime n'aime pas la teneur des déclarations qu'elle a faites sur l'utilisation systématique du travail forcé par la junte militaire.


Travail forcé

En mars 2004, Su Su Nway a décidé de se porter à la défense de la population de son village devant les pratiques des représentants de la junte militaire qui les avaient forcés, elle et d'autres villageois, à réparer une route sans être rémunérés. Malgré les risques de représailles et devant un système juridique notoirement corrompu, Su Su Nway a intenté une poursuite contre deux représentants du régime, lesquels ont reçu une sentence de huit mois de prison en vertu d'un décret non encore invoqué interdisant le travail forcé.

La riposte du régime ne s'est pas fait attendre: de fausses accusations de diffamation ont été portées contre Su Su Nway, qui a écopé d'une sentence de 18 mois de prison. Après avoir passé neuf mois derrière les barreaux, elle a été libérée en juin dernier grâce aux pressions soutenues de la communauté internationale.

Droits et Démocratie a décerné à Su Su Nway son prix John-Humphrey pour la liberté 2006 en reconnaissance de sa lutte contre le travail forcé, de son courage et de sa détermination pour la défense des droits de la personne et de la démocratie en Birmanie.


À quand un vrai soutien?

Depuis la répression meurtrière exercée par le régime militaire contre le mouvement démocratique de Birmanie, en 1988, les efforts du gouvernement canadien pour favoriser le retour de la démocratie dans ce pays on été largement symboliques comparativement à ceux d'autres gouvernements occidentaux. En effet, alors que des pays comme la Norvège, le Danemark, les États-Unis et l'Irlande apportent un soutien politique et financier essentiel au gouvernement en exil ainsi qu'aux autres institutions démocratiques birmanes, le Canada continue de faire des affaires avec le régime militaire.

Même si le Canada a pris quelques mesures contre la junte militaire, dont la suspension de son aide publique au développement, l'imposition d'un embargo sur les exportations militaires et l'inscription de la Birmanie sur la liste des pays visés, l'efficacité de ces politiques est au bout du compte compromise par le refus d'Ottawa d'interdire tout investissement en Birmanie.

Selon la Confédération syndicale internationale, 17 entreprises canadiennes exercent actuellement des activités en Birmanie, dont Ivanhoe Mines et son projet Monywa Copper. Selon un rapport à paraître de Friends Of The Earth Canada, ce projet est décrit comme un partenariat à parts égales avec le régime militaire. Il est responsable de la plus grande partie des 534 millions de dollars issus des investissements étrangers directs engrangés par les dirigeants militaires de Birmanie depuis 18 ans.

De toute évidence, cette activité financière est vitale pour la survie du régime et garantit inévitablement la poursuite de ses activités, notamment la perpétuation du travail forcé et d'autres violations systématiques des droits de la personne.

En mai 2005, une majorité de députés siégeant à la Chambre des communes du Canada ont voté en faveur d'une motion demandant au gouvernement d'imposer des mesures économiques plus systématiques à l'encontre du régime militaire de Birmanie, entre autres l'arrêt des investissements canadiens dans ce pays. Cette motion pressait aussi le gouvernement de fournir un soutien tangible aux autorités légitimes de Birmanie, dont le gouvernement en exil. Seuls les libéraux, alors au pouvoir, ont voté contre la motion. Les conservateurs, le Bloc québécois et le NPD l'ont tous appuyée.

Au bout de presque 11 mois à la tête du pays, le gouvernement conservateur n'a pas encore mis pleinement en oeuvre la motion en faveur de laquelle il a voté et que le Parlement du Canada a appuyée de façon démocratique.

Su Su Nway est prête à aller en prison pour avoir défendu les libertés démocratiques dont notre Chambre des communes constitue l'incarnation. En mettant pleinement en application la motion sur la Birmanie, le gouvernement conservateur respecterait la volonté du Parlement et donnerait à Su Su Nway une raison de croire que les sacrifices qu'elle fait pour la démocratie en valent la peine.

 

Jean-Louis Roy, président de Droits et démocratie

Deborah Bourque, présidente nationale du Syndicat des travailleurs des postes (STTP)

Claudette Carbonneau, présidente de la Confédération et du papier (SCEP)

Buzz Hargrove, président national du Syndicat des travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) Kenneth

V. Georgetti, président du Congrès du travail du Canada (CTC)

John Gordon, président du Fonds de justice sociale et président national de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC)

Henri Massé, président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ)

 

 

Pour avoir une idée plus complète de la politique canadienne à l'égard du Myanmar, deux textes officiels peuvent y aider :

1) Sur la politique globale du Canada

2) Sur les réfugiés


Repost 0
Publié par Jacques Beaulieu à 13:17:03 - dans Asie Infos Birmanie
commenter cet article

Chercher Dans Le Blogue...

Au Menu ... MON ASIE

 

 

 

 

 

 

Mes Plus Récents Articles

Mes Voyages en Photos

 

 

 

 

Pour Préparer Votre Voyage en Asie

 

Heure

 

 

Jonquière - Québec - Montréal
 
Belgique - France - Suisse
 
Népal
 
Inde
 
Myanmar
 
Cambodge - Indonésie (Java) - Laos - Thaïlande - Vietnam
 
Brunei - Chine - Indonésie (Bali) - Malaisie - Philippines - Singapour - Taiwan
 

Corée du sud - Indonésie (Jayapura) - Japon


 

Pays

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blogues Amis