Bienvenue À Bord !

  • : Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • : VOYAGER POUR LE PLAISIR DE MIEUX CONNAÎTRE MA PLANÈTE ET MOI-MÊME ET, AINSI, MOURIR MOINS IGNORANT. À la retraite depuis juin 2005, j'en profite pour voyager et voir les pays qui me sont encore inconnus. J'ai commencé ma tournée de l'Asie en janvier 2007. Vous voulez dé-couvrir avec moi cette région du monde ? Alors bienvenue à bord ! Jacques Beaulieu de Saguenay (Jonquière).
  • Contact

Vos visites aujourd'hui

Vos Visites

DEPUIS JUIN 2006

 

Nombre de vos visites 

583 000
 

ou. en moyenne,
142 visites/jour

 

Nombre de pages consultées 

1 320 000
 

ou, en moyenne,
322 pages/jour

 

Nombre de commentaires
dans le blogue

2 234  

 

Depuis janvier 2010,
nombre de courriels
et de messages Facebook 

4 959 

 

 

**********

 

 

CE MOIS-CI

 

Au 31 juillet 2017 
4 056 jours

 

Nombre de vos visites

3 896

 

Nombre de pages consultées

6 215

 

Votre provenance  

42 pays différents

 

Nombre d'abonnements 

128 d'entre vous
sont abonnés au blogue

et 168 à ma page Facebook  

 

 

**********

 

 

Nombre d'articles publiés 
  1 219  


Voici les articles du blogue
les plus consultés...
 

 

 

Et l'article qui établit le record de consultation depuis sa publication, c'est

 

 

 

26 août 2006 6 26 /08 /août /2006 01:47

Jonquière-Québec

 

Après avoir pris connaissance de l'histoire ancienne, mais surtout récente du Myanmar, avec les actions anti-démocratiques du gouvernement actuel à l'encontre de la leader de l'opposition, Aung San Suu Kyi, légitimement élue en 1990, mais tenue en résidence surveillée depuis plus de 10 ans, il est maintenant temps de regarder d'un peu plus près la question du tourisme en pays de dictature.

 
 

 

Y aller ou non? Deux stratégies s'affrontent ici.

 

D'un côté, Aung San Suu Kyi (avec l'appui de deux groupes : Actions Birmanie et Info Birmanie) incite les pays du monde à sanctionner économiquement la Birmanie, et les individus à boycotter le tourisme au Myanmar/Birmanie, tant que la démocratie ne sera pas réinstaurée.

 

De l'autre, un groupe d'opposants au régime militaire, après avoir appuyé sanctions et boycotts pendant 10 ans, a réévalué sa position en 2005 et rejette désormais tout boycott. C'est la Coalition pour une Birmanie libre.

 

Je vous présente ici leurs principaux arguments. Et je termine en indiquant les conclusions auxquelles je suis arrivé.

 
 
 
Pour le boycott du tourisme et des voyages au Myanmar/ Birmanie...

 

- les infrastructures touristiques (les grands routes, les parterres de fleurs, les hôtels,?) ont souvent été réalisées par des travaux forcés : un million de birmans dont un quart d'enfants ont dû travailler sans rémunération pendant des semaines ou des mois depuis que la junte a décidé d'ouvrir le pays au tourisme.

- afin d'élargir des routes et de donner une image "propre" aux sites touristiques, des villages et des quartiers entiers ont été déplacés de force sans aucun dédommagement.

- tout est surveillé selon le vieux système fasciste : par groupe de dix maisons, il existe un chef d'îlot chargé de surveiller ses voisins et qui travaille pour la police.

- la Birmanie est le premier producteur mondial d'opium, avec une production qui a doublé en 10 ans. L'investissement dans les infrastructures touristiques et leur exploitation permettent le blanchiment d'une partie de l'argent de la drogue.


- l'argent que les touristes vont dépenser pendant le voyage ira la plupart du temps directement dans la poche des dirigeants et du régime car la majorité des sites touristiques et des infrastructures leur appartiennent. Cette contribution (si petite soit-elle) risque de maintenir un peu plus longtemps au pouvoir ce régime totalitaire.


- la junte militaire dépense huit fois plus d'argent pour la défense que pour l'éducation et la santé.


- un tiers du pays est interdit aux étrangers car il y a des opérations militaires ou du trafic de drogue.

 
 

Faire du tourisme en Birmanie
pose un problème d'ordre éthique.
 

En allant en Birmanie, les touristes cautionnent en effet la dictature militaire au pouvoir, une économie fondée sur les drogues, le travail et les déplacements forcés. La Birmanie est l'un des rares pays au monde où le développement touristique est aussi directement lié aux violations des droits de l'Homme les plus graves.

 

Pour toutes ces raisons, selon le message de l'opposition birmane, avec comme figure de proue Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix,

 

les touristes internationaux
doivent s'abstenir de visiter la Birmanie
tant que la démocratie ne sera pas restaurée.

 
 
 
 
 
 
Contre le boycott du tourisme et des voyages au Myanmar/ Birmanie...
 

Merci à Édouard Lavallière de m'avoir aidé à traduire les textes de la Coalition.


Boycotts de la Birmanie, y aller ou pas?


Le fondateur de la « Coalition pour une Birmanie libre »
analyse leur stratégie pour le changement (extraits)


Jusqu'à ce jour, nous les Birmans n'avons eu aucune télévision par satellite, aucun accès à Internet, à aucun DHL (nous n'aurons pas ce service essentiel de si tôt étant donné les menaces de boycotts), à aucun CD ou DVD grâce auxquels toutes sortes d'idées, d'images, et d'histoires, bonnes et mauvaises, pourraient se répandre. Certains d'entre nous, étudiants d'université, avec une connaissance rudimentaire du monde et avec un anglais approximatif, étions heureux de voir les touristes, même avec ceux qui, de retour d'une randonnée dans le pays, dégagent des odeurs et sont puants.

Aux yeux des gens du pays, les touristes et les voyageurs des secteurs de l'éducation ou des affaires servent à plusieurs fins.

Les touristes veulent dire du pain et du beurre - riz ! - pour des milliers de familles qui suppléent ainsi à l'insuffisance d'une vie comme conducteurs de pousse-pousse, petits hôteliers, propriétaires, serveurs ou cuisiniers de restaurants, chauffeurs de taxis, artisans et travailleurs dans les métiers d'art, personnel d'agence de tourisme, etc.

Pour de jeunes étudiants universitaires et d'autres membres de l'intelligentsia avides d?idées et de connaissances de première main au sujet de ce qu'il y a au delà du mur intellectuel imaginaire (mais néanmoins efficace) que le Général Ne Win avait construit autour de notre vie intellectuelle, trois touristes signifiaient une rare fenêtre à travers laquelle nous pouvions jeter un coup d'oeil sur le monde extérieur, au-delà de notre petit monde national où, dans notre myopie collective, nous étions toujours le centre de l'univers.

Les enfants des cliques dirigeantes et des élites régnantes pouvaient aller dans et hors du pays, avec ou sans leurs parents. Certains sont allés à l'étranger en voyages d'achats et les plus sérieux et plus chanceux sont allés étudier dans les universités pour élite en Amérique du Nord, en Europe de l'ouest, en Australie ou au Japon.

Le reste de la société - 99.9% de la population totale - n'avait aucun lien ou exposition au monde extérieur, et l'une des très, très rares occasions de s'y exposer était due aux touristes. Pour nous, les touristes, à ce moment-là, ça voulait dire des livres -de fiction ou non- des magazines interdits ici avec des articles concernant la politique de la Birmanie, son économie ou le régime socialiste. Dans un endroit qui est caractérisé par la méfiance et la défiance parmi les citoyens, c'est avec les touristes que d'honnêtes conversations intellectuelles pouvaient avoir lieu. Et pour nous c'était une expérience éducative informelle et d'une valeur inestimable, une façon de garder l'oeil ouvert.

Actuellement, le nombre de touristes et d'autres voyageurs vers la Birmanie a augmenté de 3 à 4 fois - environ de 40.000 en 1986 à environ 160.000 annuellement. Mais comparé à d'autres destinations telles que la Thaïlande ou Singapour où le tourisme constitue un bon revenu national, le nombre est toujours très, très bas.

Étant quelqu'un qui a bénéficié de première main du tourisme - tant intellectuellement qu'en terme de chance - et qui a connu intimement la politique et la dynamique du tourisme réel en Birmanie - j'ai été un guide d'excursion, d'abord comme étudiant amateur et plus tard comme professionnel certifié de 1980-86 - je suis profondément convaincu que le boycott du tourisme et des voyages est moralement ignoble, intellectuellement indéfendable et inutile stratégiquement et politiquement.

 

Zarni, Fondateur de la Coalition pour une Birmanie libre
23 juin 2005, Oxford, Royaume-Uni


 


Voici la déclaration de la FBC qui découle de la réflexion précédente.

 

 

 

Vers une société ouverte en Birmanie/Myanmar
par des interactions et l'intégration


Fin des boycotts pour une « Birmanie libre ».

La « Coalition pour une Birmanie Libre » (FBC) a été fondée à l'université du Wisconsin à Madison en 1995 comme une initiative politique Birmane - menée pour soutenir les aspirations du peuple birman et leur lutte pour la démocratie et les droits de l'homme par des boycotts, par des actions en faveur de sanctions et par la promotion de la connaissance de la Birmanie. Durant presque une décennie, nous avons organisé et mené avec succès des campagnes pro sanctions sur le modèle de celles contre l'apartheid.

Mais après avoir passé en revue l'efficacité du nos campagnes pro sanctions en regard de notre objectif de rétablir une société ouverte, nous avons catégoriquement renversé notre recommandation de pro isolement.

Nous soutenons maintenant les efforts visant à interagir et à s'engager dans le pays, ce qui implique la junte « mauvaise », le monde des affaires et la société dans son ensemble.

Nous encourageons les voyages et le tourisme, les échanges éducatifs et culturels, les activités visant à améliorer les conditions de vie du peuple birman, la mise en place d'institutions et l'aide humanitaire.

 

 

Pour un tourisme responsable...

C'est avec tous ces éléments en tête que j'ai finalement décidé d'aller visiter le Myanmar, et ce, dès le début de mon voyage, soit une dizaine de jours après mon arrivée à Bangkok, le temps de permettre à mon corps et à mon esprit de s'acclimater à ce nouvel environnement.

 

Mais je ferai ce voyage en tenant compte des recommandations d'Actions Birmanie et d'Info Birmanie qui, malgré leur appel au boycott, invite tout de même les gens qui visiteront le pays à au moins pratiquer un tourisme responsable, c'est-à-dire :


- Voyager seul ou en petit groupe, et non en « voyage organisé » de façon à découvrir les différents aspects de la Birmanie et à rencontrer le plus possible la population.

- Boycotter les hôtels et les moyens de transports de l'État en favorisant le plus possible les transports / logement / restaurants privés et l'achat de cadeaux auprès des artisans eux-mêmes.


- Penser que chaque fois qu'on paie l'entrée d'un site touristique, l'argent va la plupart du temps dans la poche des dirigeants militaires.

- Faire attention dans les échanges avec les gens du pays (sur des questions politiques entre autres) de façon à ne pas les mettre dans une situation qui pourrait leur porter préjudice, car il y a des espions partout et notre interlocuteur risque la prison et la torture.

- Ouvrir grand les yeux et dès le retour, raconter ce qu'on y a vu et soutenir l'action des démocrates birmans.

 

Et j'ajouterais en conclusion les éléments suivants :

 

- Appuyer les sanctions économiques telles que demandées par Aung San Suu Kyi et ciblées sur les grands secteurs d'exportation (le gaz et le pétrole, le bois et l'extraction, les pierres précieuses) : leur effet consisterait à affaiblir financièrement la junte et ses alliés dans le pays qui sont les seuls à profiter largement des exportations. (Position européenne)

 
- Appuyer la position canadienne concernant la Birmanie et les réfugiés birmans.

- Informer les gens sur la situation birmane, d'où l'écriture de ces deux textes sur la Birmanie et l'inscription, dans l'onglet Myanmar du blogue, de sites Internet francophones pour mieux comprendre les enjeux birmans.

J'ai fait une exception pour le site anglophone d'Aung San Suu Kyi, vous comprenez pourquoi !



Repost 0
Publié par Jacques Beaulieu à 08:47:45 - dans Asie Infos Birmanie
commenter cet article

Chercher Dans Le Blogue...

Au Menu ... MON ASIE

 

 

 

 

 

 

Mes Plus Récents Articles

Mes Voyages en Photos

 

 

 

 

Pour Préparer Votre Voyage en Asie

 

 

Heure

 

 

Jonquière - Québec - Montréal
 
Belgique - France - Suisse
 
Népal
 
Inde
 
Myanmar
 
Cambodge - Indonésie (Java) - Laos - Thaïlande - Vietnam
 
Brunei - Chine - Indonésie (Bali) - Malaisie - Philippines - Singapour - Taiwan
 

Corée du sud - Indonésie (Jayapura) - Japon


 

Pays

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blogues à visiter