Bienvenue À Bord !

  • : Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • Dé-couvrir l'Asie ... Découvrir d'autres mondes !
  • : VOYAGER POUR LE PLAISIR DE MIEUX CONNAÎTRE MA PLANÈTE ET MOI-MÊME ET, AINSI, MOURIR MOINS IGNORANT. À la retraite depuis juin 2005, j'en profite pour voyager et voir les pays qui me sont encore inconnus. J'ai commencé ma tournée de l'Asie en janvier 2007. Vous voulez dé-couvrir avec moi cette région du monde ? Alors bienvenue à bord ! Jacques Beaulieu de Saguenay (Jonquière).
  • Contact

Vos Visites

Depuis le 23 juin 2006

 

Nombre de vos visites :

570 000

 

voyage

 

Pages consultées :

1 300 000

 

**********

 

À 31 mars 2017 :

3 934  jours

 

Ce mois-ci, vous êtes venus

de 68  pays différents

 

Parmi les  1 181  articles déjà publiés,
voici  les articles / sections du blogue
les plus consultés...
 

 

 

Et l'article qui établit le record de consultation depuis sa publication, c'est

 

 

**********

  

Depuis juin 2006 :
 
vous avez effectué
une moyenne de  143   visites/jour
 
et
 
vous avez consulté 
une moyenne de  332  pages/jour

 

  **********

 

Vous m'avez écrit dans le blogue
2 225   commentaires  

 

  et, depuis janvier 2010, vous m'avez envoyé
4 189 courriels ou messages Facebook

 

130 d'entre vous sont abonnés au blogue
et 156
à ma page Facebook
       
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 08:26


Jonquière-Québec


Je voulais vous faire part au jour le jour des événements qui se déroulent actuellement au Myanmar, mais des troubles techniques dus à la mise en place d'une nouvelle version d'Overblog a rendu le projet impossible à réaliser jusqu'à présent.

Voici donc les grands titres des journaux français de ces derniers jours...


Samedi, le 22 septembre
(Jour 5 des manifestations de moines)

 


Du côté des manifestants...


Aung San Suu Kyi salue les bonzes

Un millier à Mandalay, le double à Rangoun.

Les moines bouddhistes avaient prévenu : ils ne cesseront les défilés qu'à la chute de la dictature militaire.

Samedi, ils ont à nouveau défilé en masse en signe de protestation.

doc-417.jpgUne manifestation, qui à Rangoun s’est déroulée sous les yeux d’Aung San Suu Kyi. Très émue, l’opposante assignée à résidence depuis quatre ans, est sortie samedi en pleurs de sa maison à Rangoun pour saluer les manifestants. Certains bonzes ont éclaté en sanglots.

Fait exceptionnel les policiers avaient auparavant levé les barrières bloquant l'avenue et n'ont pas cherché à interrompre la procession religieuse. Alors qu'il pleuvait, les moines sont restés devant la résidence de l'opposante pendant une quinzaine de minutes, récitant des prières.

Vendredi déjà, 1500 moines en robe couleur cannelle ont déjà traversé les rues de Rangoon. La procession a été rejointe par près de 1500 passants. Ceux-ci ont spontanément quitté les trottoirs de la capitale birmane pour réciter des prières avec les bonzes. (Le Figaro)



Et la junte militaire
...

 

La junte prudente


Les jeunes bonzes, depuis lundi à l'avant-garde du mouvement de protestation, ont défié pour la première fois ouvertement la junte vendredi. Une association, l’Alliance de tous les moines bouddhistes de Birmanie, a demandé la poursuite des marches pacifiques quotidiennes jusqu’au renversement de la « dictature » des militaires, «ennemis du peuple ».

Les moines bouddhistes étant très respectés en Birmanie, la junte a choisi de temporiser pour éviter d’attiser davantage la colère de la population et de la communauté internationale. Les autorités n’ont donc pas cherché à disperser violemment les défilés comme à leur habitude. L’Etat refuse juste de faire état des manifestations. Les médias ne mentionnent que les inondations et à la circulation. (Le Figaro)



Dimanche, le 23 septembre (Jour 6)



Du côté des manifestants...

Les bonzes birmans à la tête de 20.000 manifestants


La mobilisation des moines bouddhistes continue de prendre de l’ampleur. 3000 vendredi, 5000 samedi et 10.000, soutenus par un nombre équivalent de civils dimanche. En tout ce sont plus de 20.000 personnes qui défilent dans Rangoon contre la junte. Du jamais vu en Birmanie depuis le début du mouvement de protestation contre la junte militaire et sa décision non justifiée d’augmenter du prix des carburants le 19 août dernier.

Pour la première fois en six jours de manifestation quotidienne, les bonzes, accompagnés de religieuses vêtues de rose pâle, ont demandé à la population de se joindre à eux.

"Nous marchons pour le peuple", ont scandé des moines. "Nous voulons que la population se joigne à nous". Quelque 200 personnes ont formé une chaîne humaine devant des rangées de moines, eux-mêmes suivis par un grand nombre de civils. Avant le début du défilé, un moine a expliqué à la foule que les religieux souhaitent la réconciliation nationale, et a appelé à la libération de la dissidente Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis mai 2003, et des autres prisonniers politiques.

La sécurité a été renforcée dimanche près de la demeure de l'opposante. Des policiers armés ont bloqué plus de 200 personnes, dont des moines, qui cherchaient à pénétrer sur l'avenue menant à sa maison. Mais aucune arrestation n'a été signalée pour le moment.

Cette rencontre symbolique entre les religieux et la Dame de Rangoun marque un tournant. Ce qui avait commencé comme une tentative de protestation contre la vie chère est en train de se transformer en action pacifique de masse contre les militaires au pouvoir depuis 45 ans.(Le Figaro)



Et la junte militaire...


L'"armée safran" inquiète la junte birmane

 

En liant samedi leur sort à l'icône de la lutte pour la démocratie, les bonzes poussent les généraux à trancher : transiger avec les manifestants ou réprimer en prenant le risque de jeter dans les rues la population qui, hantée par le bain de sang de 1988, est restée jusque-là en marge des manifestations.

Win Min, spécialiste birman proche de l'opposition, prédit une fin tragique. « Tôt ou tard, il y aura une répression. L'armée est toujours parvenue à contrôler les éruptions populaires. »
Depuis sa nouvelle capitale, Naypidaw, bunker entouré de missiles sol-air et doté d'un réseau de galeries souterraines, le généralissime Than Shwe aurait donné l'ordre hier de recourir à la violence pour disperser les bonzes. La rumeur parle d'un plan diabolique : 200 hommes de la division 77, responsable de la sécurité à Rangoun, se déguisent en moines, multiplient les provocations et se débrouillent pour que cela ressemble à des querelles internes. Les divisions 577 et 44 sont prêtes à intervenir. Les analystes les plus optimistes tablent sur les réticences des hommes de troupes, bouddhistes pour la plupart, à toucher une institution sacrée. L'« armée safran », comme l'on surnomme les 500 000 bonzes du pays, n'a pas dit son dernier mot. (AP-AFP)

Par ailleurs, des organisations de défense de la liberté de la presse ont fait savoir que la junte militaire birmane avait menacé de représailles les journalistes locaux qui s'associeraient au mouvement de protestation. Dimanche, le commandant Tint Swe, directeur de la censure militaire, a ainsi convoqué des rédacteurs en chef et des journalistes des principales publications à Rangoun pour les mettre en garde contre toute participation au mouvement de protestation, ont indiqué Reporters sans frontières et la Burma Media Association dans un communiqué.

De plus, l'organisation Burma Campaign UK, située à Londres, a rapporté que, selon ses sources à Rangoun, la junte aurait passé commande de 3 000 tuniques de bonze et des soldats auraient reçu l'ordre de se raser le crâne pour infiltrer les rangs des moines bouddhistes qui défilent chaque jour, peut-être dans l'intention de provoquer des violences qui serviraient de prétexte à une répression. En 1988, des agents provocateurs avaient été vus attisant la colère des foules, donnant ainsi à l'armée un prétexte pour intervenir et rétablir l'ordre. La répression aurait fait environ 3 000 morts.(Le Monde)




Lundi, le 24 septembre (Jour 7)



Du côté des manifestants...


Le mouvement de protestation prend de l'ampleur


Depuis mardi 18 septembre, les Birmans sont de plus en plus nombreux à descendre dans les rues pour protester contre la junte militaire au pouvoir. Ce lundi, plus de 100.000 personnes se sont jointes aux moines et des célébrités birmanes du monde du cinéma et de la littérature ont d'ailleurs appelé la population à soutenir les moines bouddhistes à la tête du plus important défilé contre la junte, en près de vingt ans.

Les comédiens Zaganar et Kyaw Thu se sont rendus en personne à la pagode Shwedagon, d'où partent tous les défilés, pour offrir de la nourriture aux religieux.

"Les moines prient pour nos âmes alors que nous restons à la maison à regarder la télévision. J'ai honte de nous", a déclaré Zaganar dans un entretien diffusé par la Democratic Voice of Burma (DVB), organe de presse audiovisuel dont le siège est à Oslo et qui est dirigé par des opposants à la junte.

L'un des poètes des plus respectés dans le pays, Aung Way, a jugé que "maintenant que nous sommes descendus dans la rue, il ne serait pas correct de nous asseoir et de les regarder faire le travail. Il est de notre responsabilité d'apporter notre aide au cours des manifestations et d'aider la population à atteindre ses objectifs".



Et la junte militaire
...


Le régime militaire accentue la pression


La junte au pouvoir en Birmanie a menacé lundi de "prendre des mesures" contre les moines bouddhistes manifestant à Rangoun, ont annoncé les médias d'Etat.

Ce rassemblement massif a suscité une mise en garde de la junte, restée jusqu'ici très prudente. Le ministre des Affaires religieuses, le général Thura Myint, a ainsi prévenu lundi que le gouvernement interviendrait lui-même si le clergé bouddhiste ne restreignait pas les moines.

Il a accusé les moines d'être utilisés pour provoquer des troubles par la Ligne nationale pour la démocratie (LND), le parti de la dissidente Aung San Suu Kyi, maintenue en résidence surveillée par la junte, le groupe d'étudiants de la Génération 88 et des agitateurs occidentaux, dont des médias étrangers.



Mardi, le 25 septembre (Jour 8)



Du côté des manifestants...

Les moines continuent de défier la junte


La nouvelle manifestation de Rangoon s'est achevée vers 17h locales à la Pagode Shwegadon, temple le plus sacré de Birmanie, d'où était parti le cortège. Un moine apparaissant comme l'un des leaders du mouvement s'est adressé à la foule et a assuré que les manifestations continueraient jusqu'à ce le gouvernement s'excuse pour les mauvais traitements infligés aux moines lors d'une précédente marche dans le nord du pays.

Un rassemblement a également eu lieu à Mandalay, la deuxième ville du pays, conduit par plusieurs centaines de bonzes, et dans la cité de Mogok. (AP)





Et la junte militaire...

Mouvements de troupes


La peur que se reproduise une répression militaire sanglante comparable à celle de 1988 s'est propagée, mardi 25 septembre. La junte militaire s'est réunie d'urgence dans la nouvelle capitale, Naypyidaw, à 450 km au nord de Rangoun, pour étudier une réponse au mouvement de contestation massif qui ébranle le pays, a déclaré un diplomate.

Des camions de police anti-émeute se sont déployés mardi près de la mairie de Rangoun après la dispersion sans incident d'une nouvelle manifestation contre le régime militaire, selon un témoin. La police, munie de boucliers, matraques et fusils, s'est déployée dans le quartier de Botataung, près de l'endroit où a pris fin le rassemblement conduit par des milliers de moines bouddhistes.

Parallèlement, l'Union nationale karen (KNU) a déclaré que des militaires de la 22e division s'étaient retirés de l'Etat Karen. Cette division avait été à la pointe de la répression du soulèvement démocratique de 1988, qui avait fait près de 3 000 morts. "Le gouvernement a ordonné aux soldats de la 22e division de se retirer de l'Etat Karen et de retourner à Rangoun", a déclaré le colonel de la KNU, Nerda Mya, de sa base le long de la frontière avec la Thaïlande.

La télévision d'Etat birmane a appelé les moines bouddhistes à mettre fin à leur mouvement de protestation et à rester à l'écart de la politique. Dans le même temps, selon des témoins, des responsables gouvernementaux birmans circulaient à bord de camions dans le centre de Rangoun avertissant, au mégaphone, les manifestants :"Nous avertissons les moines et la population de ne pas participer aux marches de protestation. Nous prendrons des mesures conformément aux lois en vigueur", ont-ils menacé. (Le Monde)

Des voitures pro-gouvernementales sillonnaient les rues de Rangoon mardi, annonçant que les moines avaient reçu l'ordre de ne pas se mêler de "politique" et affirmant que certains éléments essayaient de semer le trouble dans le pays. Des avertissements ont également été délivrés pour rappeler que tout rassemblement supérieur à cinq personnes est illégal.(AP)


L'important déploiement de forces à Rangoun, notamment autour de la pagode Sule, point de convergence des manifestations de masse menées par des milliers de moines bouddhistes, semble marquer un tournant dans le bras de fer entre la junte militaire et ses opposants.

Le quartier de la pagode, où se trouve notamment l'hôtel de ville de Rangoun, avait été le théâtre des pires violences lors de la répression en 1988 d'un mouvement national en faveur de la démocratie, qui aurait fait, selon certaines estimations, 3.000 morts.

Selon le message diffusé par haut-parleur, un couvre-feu a été décrété à Rangoun et Mandalay, deuxième ville du pays, entre 21h00 et 5h00, heure locale. La junte birmane a également annoncé que les deux villes étaient désormais placées sous le contrôle direct du commandement militaire pour une durée de 60 jours.

Autre signe d'une probable radicalisation du conflit, Aung San Suu Kyi, opposante de longue date à la junte, été conduite dimanche à la prison d'Insein, a-t-on appris de source haut placée. La lauréate du prix Nobel de la Paix était apparue la veille sur le seuil de sa propriété pour saluer les manifestants. (Reuters)

 


Mercredi, le 26 septembre (Jour 9)


Les forces birmanes tirent
sur des manifestants à Rangoun



La junte militaire en Birmanie a commencé mercredi à réprimer un mouvement de protestation qui agite le pays depuis plus de cinq semaines. En dépit de mises en garde répétées et de mesures de restriction, des dizaines de milliers de protestataires sont encore descendus dans les rues mercredi.

 

Les forces de sécurité ont notamment chargé à coups de matraque, fait usage de gaz lacrymogènes et effectué des tirs de sommation pour tenter de disperser les défilés.

Au moins quatre personnes, dont trois moines bouddhistes, ont été tuées et cent autres blessées, dont 50 religieux, lors d'incidents avec les forces de sécurité qui ont réprimé mercredi 26 septembre des manifestations à Rangoun, ont annoncé à l'AFP des responsables birmans et des témoins.

Un civil a été tué par balle, a indiqué un responsable hospitalier. "La victime était décédée à son arrivée à l'hôpital", a dit ce responsable sous couvert de l'anonymat, car n'étant pas autorisé à parler à la presse.

Trois autres civils ont été blessés par des balles tirées par les forces de sécurité, a-t-il précisé. Parmi ceux-ci figure une femme atteinte à la poitrine. Dans des incidents distincts avec les forces de sécurité birmanes, au moins trois bonzes ont été tués, ont indiqué deux hauts responsables birmans à l'AFP.

Un bonze tués et deux battus à mort

"Selon les informations que nous avons reçues, au moins trois moines ont été tués", a déclaré un responsable birman sous couvert de l'anonymat. Un bonze a été tué par un coup de feu alors qu'il tentait de désarmer un soldat et deux autres religieux ont été battus à mort, a dit cette source.

Ces informations ont été confirmées par un second responsable qui a précisé que le bilan pour les bonzes concernait des incidents qui se sont produits à la célèbre pagode Shwedagon à Rangoun, point de ralliement des moines qui ont pris la tête de défilés quotidiens depuis le 18 septembre contre le régime militaire.

Par ailleurs, quelques 200 personnes ont été arrêtées, selon ces sources. Parmi celles-ci se trouvent au moins une centaine de moines, a indiqué un diplomate étranger.

Selon des organes de presse birmans en exil et des militants, les tirs des forces de sécurité birmanes ont fait au moins cinq morts, dont des moines. (Nouvel Observateur avec AFP)



SOURCES
: Le Figaro, Le Monde, Le Nouvel Observateur, AP, Reuters et AFP



Repost 0
Publié par Jacques Beaulieu à 15:26 - dans Asie Infos Birmanie
commenter cet article

Chercher Dans Le Blogue...

Au Menu ... MON ASIE

 

 

 

 

 

 

Mes Plus Récents Articles

  • Voyage au quotidien 2017 (5) ... Revoir le Japon
    Kuala Lumpur, Malaisie VOYAGE 2017 Du 10 janvier au 29 juin JAPON 04/05/17 - 29/06/17 Je commence aujourd'hui mon deuxieme voyage en terre japonaise pour un autre deux (2) mois. L'an dernier, comme toutes les fois ou je me rends dans un pays pour la premiere...
  • Flores 2017 (17) ... Maumere, une superbe finale de trois (3) jours
    Moni, Flores 23 avril 2017 Maumere, Flores 23 - 25 avril 2017 Environ 52 921 habitants LOGEMENT Gardena Hotel : 165 000 IDR ... Chambre double, air climatise, salle de bain privee, eau froide, petit dejeuner, galerie. Situé au centre-ville de Maumere...
  • Flores 2017 (9) ... Réaliser un rêve : la croisière Lombok / Flores
    Legian, Bali 5 - 6 avril 2017 Senggigi, Lombok 07 avril 2017 LOGEMENT A LEGIAN Lo Lo House : 200 000 IDR ... Chambre simple, air climatise, salle de bain privée, eau chaude, petit déjeuner, wifi et galerie. Le prix indiqué est celui de Booking.com. J'ai...
  • Voyage au quotidien 2017 (4) ... Un retour à Flores en Indonésie
    Jonquière, Québec VOYAGE 2017 Du 10 janvier au 29 juin Du Népal, je ferai un saut vers Bali, une des îles les plus connues de l'Indonésie de l'Est. Mais ce n'est pas là que je m'arrêterai. Après quelques jours à la plage de Legian pour y revoir un ami...
  • Pokhara (1) ... Plaisirs népalais : des montagnes et un superbe lac
    Pokhara, Pokhara 19 - 25 mars 2017 Environ 265 000 habitants Altitude : 884 metres Je suis arrivé cet après-midi à Pokhara après six (6) belles heures de route de montagnes sur le Siddhartha Highway depuis Tansen ... ajoutées aux quatre (4) autres superbes...
  • Tansen ... Enfin de retour dans les montagnes !
    Tansen, Terai central 17 -18mars 2017 Altitude : 1 372 mètres LOGEMENT Hotel Indreni : 800 NPR ... Chambre simple, fan, salle de bain privee, eau chaude, wifi. Situé dans la Basse-ville de Tansen tout a cote du terminal des bus et du grand espace sportif...
  • Lumbini (3) ... Un voyage dans le voyage (suite)
    Lumbini, Terai 14 - 16 mars 2017 A l'ouest du Grand Canal, on a regroupe les temples provenant des groupes lies au courant du " bouddhisme Mayahana ". C'est dans le nord de l'Asie, de l'Afghanistan au Japon, que ce courant s'est developpe. S'y sont joints...

Mes Voyages en Photos

 

 

 

 

Pour Préparer Votre Voyage en Asie

 

 

Heure

 

 

Jonquière - Québec - Montréal
 
Belgique - France - Suisse
 
Népal
 
Inde
 
Myanmar
 
Cambodge - Indonésie (Java) - Laos - Thaïlande - Vietnam
 
Brunei - Chine - Indonésie (Bali) - Malaisie - Philippines - Singapour - Taiwan
 

Corée du sud - Indonésie (Jayapura) - Japon


 

Pays

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blogues à visiter